L’édition 2017 du Festival du
Vivre Ensemble s’est déroulé à
Vaulx-en-Velin le 13 mai dernier. L’espace Charlie-Chaplin était comble pour l’occasion, et bigarré puisque cet événement porte une ambition : faire de la différence, qu’elle soit générationnelle, sociale, culturelle ou religieuse, non pas un mur mais un lien nécessaire à la construction de notre société républicaine.
.

« Ce festival montre qu’il est possible d’être bien ensemble, que la pratique d’une discipline artistique permet le rapprochement et la connaissance de l’autre par le partage d’émotions », souligne Hélène Geoffroy, qui a depuis repris son fauteuil de maire de Vaulx-en-Velin après avoir occupé les fonctions de secrétaire d’État à la Ville de février 2016 à mai 2017. Si le spectacle offre aux familles la joie et la fierté de voir se produire sur scène, la plupart du temps pour la première fois, enfants et adolescents, les moments passés par les jeunes artistes en herbe tout au long de l’année comptent énormément dans la réussite de ce projet.

« De septembre à mai, les enfants se retrouvent pour préparer leur prestation, mais ils passent aussi beaucoup de temps autour d’ateliers de réflexion sur le vivre ensemble, la laïcité, les discriminations…, note Celal Erdem, membre du comité de pilotage du Festival. Des dîners sont également organisés pour que les familles puissent mieux se connaître, au-delà de leurs origines et, parfois, de leurs appréhensions à aller vers l’autre. Les liens noués par les jeunes et par les parents ont un impact positif sur le spectacle. La sensibilisation du public n’en est que plus forte. »

Un public qui a, de nouveau, répondu présent, démontrant que Vaulx-en-Velin est bien en pointe sur ces problématiques. « Toute notre politique publique est orientée vers le développement de perspectives à offrir à notre jeunesse pour éviter qu’elle ne cède aux tentations, bien réelles, du repli communautaire, acquiesce Hélène Geoffroy. Il existe des zones d’ombre dans notre pays, il serait dangereux de le nier, mais aussi des zones de lumière qu’il faut valoriser. Vaulx-en-Velin essaye d’en faire partie. » Vaulx-en-Velin, laboratoire du vivre ensemble ? « Je n’aime pas trop la connotation scientifique de ce mot. Nous ne menons pas des expérimentations. Nous essayons plutôt d’agir de façon concrète pour, ensuite, espérer servir d’exemple et que ce qui fonctionne ici inspire d’autres actions ailleurs. Regardons nos quartiers à travers leurs réussites. Évitons les raccourcis qui divisent. N’hésitons pas non plus à nous réapproprier certains symboles, comme le drapeau tricolore par exemple. C’est comme cela que nos générations futures parviendront à faire mémoire commune. »

Évitons les raccourcis qui divisent.

>>>
Cliquez
sur l’image
pour voir
les photos